~ accueil ~
Archives:lettres précédentes

Lettre de la présidente : Octobre 2012

Lettre PDF
33 KO

J’espère que vous avez tous pu profiter de l’été pour vivre des moments agréables et reprendre des forces pour la rentrée ! Maintenant que l’automne est revenu et que les « choses sérieuses » sont à nouveau sur le devant de la scène, il est temps de vous donner des nouvelles du Niger et de la vie de notre association.

SAHEL

La situation au Mali n’a guère évolué et pour l’instant aucun dénouement pacifique n’est en vue. Bien au contraire : le premier ministre malien, appuyé par le président français F. Hollande, vient de demander le feu vert de l’ONU pour le déploiement d’une force armée composée de militaires de plusieurs pays africains, dont le Niger, pour déloger les occupants islamistes du Nord du pays. Des nombreux Maliens sont cependant hostiles à la présence d’une armée étrangère sur leur territoire.
Au Niger, pays voisin directement concerné par cette crise, les gens craignent qu’une telle intervention n’entraine leur pays dans un conflit militaire dont ils préfèreraient se passer.

NIGER

La saison des pluies, qui avait très mal débuté, s’achève heureusement sous des meilleurs auspices. Après la sécheresse ce sont des pluies torrentielles qui se sont abattues sur le pays. Elles ont provoqué par endroits des graves inondations et fait des nombreuses victimes : 500 000 sinistrés ainsi que plusieurs dizaines de décès dus surtout à l’écroulement de nombreuses maisons en banco.
Cependant le mil a bien poussé et les récoltes, qui viennent de commencer,sont bonnes. De même, l’herbe est abondante sur les pâturages du Nord, où les éleveurs nomadisent avec leurs troupeaux.

Malheureusement toute cette humidité a permis aux moustiques de proliférer et nous déplorons des nombreux cas de malaria aussi bien en ville que dans les campements.
Apparemment les vecteurs de cette maladie deviennent de plus en plus résistants aux traitements habituels de sorte que des nombreuses hospitalisations ont été nécessaires. La plupart des malades a pu être sauvée, mais deux adolescents sont morts dans les campements avant d’avoir pu être emmenés à l’hôpital de Tahoua.
Nous avons également eu deux cas de diphtérie : Une jeune fille, Leila, a été soignée à Tahoua, mais un adulte, Hamada, a dû être transporté en urgence à Niamey. Tous les deux ont été pris en charge pratiquement mourants et la joie a été grande dans leurs campements de les voir revenir en vie.
Madou (mon mari Mohamadou Elhadji) lui-même n’a pas échappé à la maladie puisqu’il a été hospitalisé plusieurs jours à cause d’une crise de malaria très sévère. Il n’a pas eu d’autre choix que de se remettre sur pieds bien vite… pour s’occuper de tous les autres malades, notre voiture étant la seule « ambulance » à laquelle ils peuvent faire appel en cas d’urgence!

TAHOUA

La rentrée scolaire, programmée pour le 17 septembre, a été retardée d’une semaine parce que les écoles étaient encore occupées par les sinistrés des inondations. A la fin du mois elle a pu avoir lieu dans des bonnes conditions.
Nous prenons en charge dix pensionnaires qui ont repris les cours : Youssouf, qui a réussi son BEPC, est entré en seconde dans un lycée à Niamey. A Tahoua, Bila, qui l’a raté, redouble sa troisième, où il est rejoint par Albacharette et Adamou. Nous avons donc trois de nos élèves, dont une jeune fille, qui seront candidats au BEPC en 2013.
Nous soutenons depuis plusieurs années Bassirou, un jeune Haoussa qui est un bon élève mais dont les parents n’ont pas les moyens de financer les études. Il a réussi le BEPC et a fait sa rentrée comme lycéen.
Quatre filles, Zeinabou, Leila, Mariama et Fatima, ainsi que Sofian, l’unique garçon dans ce groupe d’âge, poursuivent leur scolarité à l’école primaire.
Nos trois aînés, Djamila à Tahoua, ainsi que Mohamed et Ekam à Niamey, sauront à la fin de l'année s'ils sont embauchés définitivement par leurs employeurs respectifs actuels.

La rentrée scolaire nous revient de plus en plus cher car tous les prix ont beaucoup augmenté au Niger…comme ailleurs ! Je rappelle que tous nos élèves fréquentent des écoles privées payantes, car les professeurs y sont régulièrement et correctement rémunérés, ce qui n’est pas le cas des écoles publiques où les élèves sont pénalisés par des grèves à répétitions.

BAGGA

Aux dernières nouvelles tous nos filleuls vont bien. Les familles nomades sont encore en transhumances au Nord et l’école de brousse, arrêtée depuis leur départ, reprendra ses cours d’alphabétisation dès leur retour, à la fin des récoltes.
Les jardins : la récolte du mil sur nos champs et des haricots dans les jardins bat son plein. Le rendement est bon cette année, mais il y a beaucoup de gens qui espèrent s’en nourrir et les réserves ne tiendront certainement pas très longtemps.

La firme allemande LORENTZ Gmbh& Co (D 24558 Henstedt-Ulzburg), qui nous avait vendu les pompes solaires installées dans les jardins par nos deux « électriciens sans frontières » et qui sont malheureusement hors d’usage, vient de nous faire don de deux pompes neuves. Un grand MERCI à LORENTZ pour ce beau geste ! Malheureusement nous ne savons pas quand elles pourront être installées sur place, la situation sécuritaire au Niger ne permettant pas actuellement à des expatriés de se rendre à Bagga.
La pompe manuelle Vergnet, par contre, continue d’assurer sur notre forage un service apprécié par toute la population de la région.

La vie de l'association

84 membres ont payé leur cotisation 2012. Un grand MERCI aux 81 membres qui nous restent fidèles et aux 3 nouveaux membres qui nous ont rejoints.
Nous sommes très reconnaissants aux parrains et marraines, qui nous ont tous renouvelé leur confiance. Malgré l’absence de photos et de nouvelles récentes de leurs filleuls ils continuent à les soutenir.

Cette année il n’y aura malheureusement ni diaporama ni projection de film vidéo à l’assemblée générale car pour la deuxième année consécutive je n’ai pas pu me rendre sur place pour visiter nos familles. Par contre, grâce à la téléphonie mobile, j’ai des nouvelles d’elles plusieurs fois par semaine et je suis informée dès qu’un évènement important se produit.
Même si elles sont loin de mes yeux, elles demeurent proches de mon cœur et plus que jamais de mes préoccupations.

Très cordiales salutations à tous !
Danielle Kronenberger-Elhadji




---------------------